mardi 12 septembre 2017

Une gardienne de l'équipe de France à Mirandilla


Décidemment, les gardiens de l'équipe de France aiment Mirandilla!

Après Grégory Coupet, c'est Sandrine Roux, sélectionnée à 71 reprises de  1983 à 2000,
qui est venue découvrir l'élevage d'Albaserrada.

Pas peu fier notre Mayoral de ce nouveau maillot dédicacé pour sa collection ...

jeudi 7 septembre 2017

Arganda del rey, novillada du 4 septembre


Texte d'Arlette Chavanieu

On se sent mieux
Arriver dans ce village de la communauté madrilène après le désastre de Riscle n'était pas anodin. Comment allions nous trouver notre Mayoral ? Comment allaient se comporter les toros ? Surtout le second du sorteo, frère de ceux sortis dans le Sud Ouest ? 

Saison terminée pour le Mayoral!
Difficile et stressante.

OUF ! Les choses se sont passées du mieux possible. Non, la course n'a pas été un triomphe, mais elle n'a pas non plus été une honte. La prestation que nous redoutions n'a en rien rappelé Riscle et le troisième pensionnaire de Mirandilla a renversé la cavalerie avec une force et une détermination qui, malheureusement, a fait que les trois autres toros ont été massacrés à la pique. Il faut dire que lorsque ces toros sortent, ils sont magnifiques et fougueux au point de foncer sans freiner dans les burladeros. Las, ceux d'Arganda sont en fer, ce qui a valu des craquements sinistres à quelques uns de ces magifiques spécimens.

 Les arènes d'Arganda.
Muy peculiar!

Et cette beauté là, elle angoisse les toreros, ou plutôt leurs sobresalientes. L'un dess banderilleros a même accusé Fabrice Torrito "d'affiner les pointes" des cornes pour qu'elles soient plus pointues !! Stupide. Le matin on lui avait reproché de ne pas les avoir "arrondies".



Les cornes des Albaserradas :
quel problème pour certains
"professionnels" ...



Un village tellement taurin !
Je laisse à Fabrice le soin de faire le point de cette temporada quasiment terminée pour l'élevage. Mais je voudrais revenir sur la féria de novilladas d'Arganda del Rey. Depuis le siècle dernier la célébration de la Virgen de la Soledad, patronne du village, donne lieu à des réjouissances toutes marquées par le plaisir du toro. C'est la patrie de l'Aficion réjouissante. C'est carrément sur la place du village, devant la Mairie (où est installée la présidence, très en hauteur), que des gradins sont montés autour d'une arène traditionnelle. Jadis on fermait le cercle avec des charettes, aujourd'hui, de très beaux et très solides gradins permettent de suivre la course en toute sécurité. C'est inédit, et formidable. On sent tout le village soudé autour de cet évènement, du plus âgé au plus jeune. Pas un seul anti, et le sentiment d'être tous unis autour d'une même passion. Même les partis politiques de l'opposition n'empêchent pas le Maire Guillermo Hita, son adjointe aux festivités Montserrat Fernández et le Directeur technique des spectacles tauromachiques Jesús Cañete, de donner une priorité très marquée à la tauromachie avec l'achat de 75 novilos/taureaux pour les fêtes! Un régal. 

Avant le sorteo. Eduardo Guillén, le fondateur de la feria 
de novilladas (1988), le Mayoral, la Ganadera, 
des membres de la Mairie d'Arganda avec 
Jesús Cañete, Directeurr technique des spectacles taurins.



Patrie des recortadores
Petite curiosité, les soubassements des gradins constitués de barrières métalliques, type encierro, qui laissent le passage à un homme de profil. Au début on se demande à quoi elles peuvent servir. Mais lorsque le sixième toro est sorti on comprend mieux. Tout le monde descend dans la piste discute, rigole. Les enfants jouent tous au toro, au torero, manipulent de tout petits capotes à leur taille. Durant ce moment de communication tous azimuts, les équipes municipales démontent les protections en bois qui marquaient le pourtour de la piste. Et tout le monde remonte pour assister à la sortie du sobrero. Il est destiné à la population dont certains éléments sont fascinants. Technique, agilité, courage, cela donne de magnifiques écarts, et voire quelques rasets à la provençale. Il faut dire que la population est aguerrie, puisque tous les matins, c'est un encierro des toros du jour qui ouvre les réjouissances. Un conseil ... n'hésitez pas à vous organiser pour participer à la féria de novilladas 2018.

Arganda : passion pour le recorte




Photos de la novillada (locurataurina.blogspot) :







samedi 2 septembre 2017

Novillada d'Albaserrada à Arganda del Rey


Barbilindo, nº 29, listo para Arganda
(Photo de Raúl Castro, "Toroenelcampo1")

Ce lundi 4 septembre à Arganda del Rey, aux portes de Madrid, sera lidié un lot complet d'Albaserrada en ouverture de sa féria de Novilladas.
Pour voir les photos de tous les novillos :


A noter que cette course sera télévisée en direct sur la chaîne TAUROCAST de Manolo Molés.

mardi 29 août 2017

Jeff et Anthony, Tarazona, un sobrero d'Albaserrada, la communauté russe et Romain Bardet


Ici, rien n'est simple!

Jeff et Anthony se sont tapés près de 2.000 km pour assister au "desafío" d'éleveurs avec trois Albaserrada à Tarazona de la Mancha en plein mois d'août!

Jeff et Anthony dans les gradins de Tarazona
pour voir des Albaserradas ... qu'ils ne verront jamais

Tarazona de la Mancha, l'authentique Castille désertique. Un village où l'on ne passe pas par hasard. On y va exprès. Ce village est-il sur les cartes routières? D'ailleurs, les cartes routières existent-elles encore?

Ici, rien n'est simple!

Deux taureaux s'abîmant les cornes au débarquement et ne pouvant être combattus, la ganadería Albaserrada fut retirée du "défi". D'Albaserrada ils n'auront vu que leur ami Mayoral.

Il y avait bien un petit espoir avec le nº 14, Espartero qui était "sobrero" et faillit sortir pour remplacer un faible titulaire du Conde de la Maza. Ils ont tout essayé : cris, sifflets, mouchoirs verts taille drap (que leur avait prêté l'ami Giner!). Rien n'y fit, le Président ne lâcha pas et l'Albaserrada ne sortit jamais.

Peu importe, Jeff et Anthony ne perdirent jamais leur bonne humeur et surent réconforter le Mayoral qui passait encore un moment très difficile.

Jeff et Anthony encadre le Mayoral

Ici, rien n'est simple!

Ils n'en était pas à leur première. En 2015 ils avaient déjà assisté à la corrida des Albaserrada "volés" à Valera de Abajo, un autre improblable village près de Cuenca oú l'on ne passe pas par hasard, où l'on va exprès pour voir des Albaserradas!

Jeff et Anthony n'ont pas vu lidier d'Albaserrada, mais ils ont lié amitié avec la communauté russe et ukrainienne de Castille.

Ici, rien n'est simple!

Ils ont aussi petit-déjeuné avec les gai-lurons de l'équipe cycliste de l'AG2R qui participait à la vuelta d'Espagne (celle qui était partie de Nîmes) avec Romain Bardet en meneur de troupe qui racontait blague sur blague ...

Médaille de la fidélité pour Jeff et Anthony.

Ici rien n'est simple!

mercredi 23 août 2017

Batacazo d'un brave Albaserrada


video

Le 4º novillo d'Albaserrada lidié à Tobarra le 15 août dernier, Herrero, d'origine Pedraja, a été très brave au tercio de varas. Pour preuve le batacazo en poussant qu'il réalise à la première pique.

mardi 22 août 2017

Reseña de la novillada de Tobarra

Marqués de Albaserrada vuelve a pedir sitio


www.cultoro.com

Triunfaron los novilleros José Manuel y Mario Sotos, mano a mano, en la última de la feria de la localidad albaceteña


Una seria novillada de Marqués de Albaserrada tenía lugar en la segunda de la Feria de la localidad albaceteña de Tobarra en la tarde de este martes 15 de agosto. En el cartel, los novilleros José Manuel y Mario Sotos anunciados en mano a mano.
El utrero Jaramillo en Tobarra
Con tres largas cambiadas recibió al primero José Manuel, hizo un quite por lopecinas y ejecutó él la suerte de banderillas aunque resultó un poco fallida teniendo que utilizar hasta cuatro pares para dejar cuatro palos puestos. Faena de más a menos donde se notó la entrega y la disposición de José Manuel, teniendo que exprimir al novillo. Pinchó en la suerte de recibir y dejó una estocada travesada que hizo guardia, fallando el puntillero y haciendo que se levantase el toro, lo que hizo que se escucharán leves pitos desde el tendido. Tras una petición no mayoritaria y con bastante división de opiniones se le concedió una oreja.
Toreo del caro se gastó Mario Sotos frente a un segundo ejemplar bien presentado que acusó en la muleta los dos puyazos que se le dieron. Con la muleta se puso vertical para dar dos tandas de derechazos toreando relajado y a placer, haciendo las delicias del público. Mató de media estocada efectiva cayendo el toro sin puntilla. Una oreja.
Buen tercio de varas entrando dos veces al caballo el tercer novillo. Esta vez el novillero murciano ejecutó un gran tercio de banderillas  poniendo en pie al público. Faena inteligente donde estructuró una gran faena de menos a más dándole al novillo los tiempos que pedía. Dos series de grandes derechazos y una tanda de naturales bastó para efectuar la mejor faena de la feria. Acabó la faena con molinetes de rodillas, matando en la suerte de recibir dejando una estocada casi entera. Cayó pronto el novillo y la locura de pañuelos desató el tendido, concediéndole dos orejas y dando dos vueltas al ruedo y vuelta al ruedo a un gran novillo.
Vuelta al ruedo a Julián
Derribó al picador el novillo que cerraba la feria y tras esto el picador le aplicó un excesivo puyazo y sin conocimiento alguno dejando el toro inservible para la faena de muleta donde Mario, inteligente, pudo sacar algún buen derechazo y naturales sueltos. Pinchó dos veces y amarró una estocada. Incomprensible el palco concediendo la oreja.
FICHA DEL FESTEJO
Plaza de toros cubierta de Tobarra, Albacete. Segunda de feria. Novillada con picadores.
Novillos de Marqués de Albaserrada. Bien presnentados en líneas generales. A destacar el tercero que se le dio la vuelta al ruedo.
José Manuel, oreja y dos orejas. 
Mario Sotos, oreja y oreja.

dimanche 20 août 2017

Les Albaserrada en Tafalla


Joselillo y Jaramillo,
el mejor toro de la tarde

Joselillo hace lo más destacado ante una seria corrida de Marqués de Albaserrada


Serafín Marín, Joselillo y José Arcila hacían el paseíllo en la tarde de este martes 15 de agosto en la apertura de la feria de la localidad navarra de Tafalla. Un serio encierro de Marqués de Albaserrada se lidiaba para la ocasión.

FICHA DEL FESTEJO
Plaza de toros de Tafalla, Navarra. Primera de feria. Corrida de toros.

Seis toros de Marqués de Albaserrada.

Serafín Marín, silencio en ambos. 
Joselillo, ovación y vuelta. 
José Arcila, silencio y pitos. 

samedi 19 août 2017

vendredi 18 août 2017

Peligroso encierro en tafalla



Dos corneados y otros dos trasladados por traumatismos tras una complicada carrera que ha durado 3’50”

Con una carrera muy peligrosa han comenzado los encierros de Tafalla. Los toros del Marqués de Albaserrada han dejado dos heridos por asta y otros dos con traumatismos. Los cuatro han tenido que ser trasladados en ambulancia. Además los efectivos de Cruz Roja han atendido a varias personas heridas de menor consideración.
Ya en el encierrilo de la madrugada, los Albaserrada han dado muestras del peligro que podían causar. Los cabestros han abierto la manada en el primer tramo del encierro pero, desde el principio, los toros se han ido abriendo a ambos lados de la calle buscando corredores y en la Plaza de Navarra uno de los mozos ha salido mal parado con una fuerte contusión en la espalda que ha obligado a trasladarle al Complejo Hospitalario. La tendencia inicial de los toros se ha acusado aún más a partir de la curva de la farola. Desde ese punto, la carrera todavía ha sido más complicada. Los tres toros que iban por el lado derecho han ido limpiando la barrera, mientras sus hermanos sueltos también ponían en aprietos a los corredores. A la altura del puente, se ha producido el primer herido por asta, cuando uno de los toros ha empitonado a un mozo pamplonés en la zona del tobillo derecho y otro joven de Pamplona, de 20 años, ha caído y se ha roto la clavícula. Cada vez con el tranco más lento y muy disgregados, los toros han afrontado el tramo final y ya en la curva de la estación, otro mozo ha sufrido una cogida. Un joven de Barcelona de 31 años ha recibido una cornada en el muslo derecho, con desgarro, por lo que también ha sido trasladado al Complejo Hospitalario de Navarra, con pronóstico grave.  Al final, el último toro se ha quedado descolgado y con una carrera muy lenta ha dado más de un susto, sobre todo cuando ha hecho amago de volverse en la entrada al callejón.
Primoroso cornea a un corredor

Los efectivos de Cruz Roja aún han tenido que trasladar al centro de salud a un corredor de Bilbao de 23 años, con una fuerte contusión en la tibia derecha, tras sufrir el varetazo de uno de los toros.
Una carrera larga que se ha prolongado 3’50” y ha sido peligrosa. Los cuatro traslados y la atención que han precisado los heridos han dejado la plaza de toros sin médico y sin ambulancia después del encierro. Esto ha provocado el retraso de las vaquillas y el abandono de los tendidos por buena parte del público que se impacientaba.
Los Marqués de Albaserrada también abren la feria taurina tafallesa esta tarde con los diestros: Serafín Marín, Joselillo y José Arcila.
Marivi Alclade - Cadena Ser

mardi 8 août 2017

Communiqué de la ganadería Albaserrada


Jardinero, le premier novillo lidié à Riscle n'a fait illusion qu'à 
sa sortie en piste (photo Laurent Larrieu pour Campos y Ruedos)

Les responsables de la ganadería du Marquis d’Albaserrada,  l’éleveur Maruchi Benjumea et le mayoral Fabrice Torrito, désireux d’analyser avec le plus de précision possible l’échec de sa novillade de samedi dernier à Riscle, et dans un souci de transparence envers l’afición, a demandé une analyse post-mortem des animaux combattus.

En attente de tests complémentaires, il semblerait que la faiblesse manifeste des six novillos puisse découler  d’une acidose d’origine alimentaire (utilisation des graisses prioritairement avant les sucres).

L’élevage va donc tenter de solutionner en urgence le problème d’alimentation afin de vérifier le résultat sur les prochains produits issus du raffraichissement Tulio qui seront lidiés cette saison en public ou en privé.

lundi 7 août 2017

Riscle. 5 août (tarde). Albaserrada : la grande déception.

Compte-rendu de Jean_Michel Dussol sur le site torobravo.fr
Trois quart d’arène, nuages et fraîcheur, deux heures cinq de spectacle.
Six novillos d’Albaserrada, parfaitement présentés, la plupart applaudis à leur entrée en piste, manquant de race et de caste. Trois piques pour les trois premiers, deux châtiments pour les autres. Le troisième signe seul un grand tercio de pique. A la muleta difficilement toréables en raison de leur peu de mobilité et de réactions brusques.
  • David Garzon (blanc et or), au premier, sept pinchazos, une entière, un avis, silence ; au quatrième, un pinchazo, trois-quarts de lame, silence.
  • Juan Carlos Benitez (vert et or), au deuxième, un pinchazo et une entière, silence ; au cinquième, un quart de lame, silence.
  • Cristobal Reyes (blanc et or), au troisième, un pinchazo et une entière, silence ; au dernier, une entière, avis, silence
Catastrophé, effondré… Fabrice Torrito en pleurait. Plusieurs années de travail à revoir, à reprendre pour amener au top cette nouvelle lignée d’Albaserrada matinée de Tulio Vazquez Pedrajas. Pour la première fois il les montrait à Riscle. Une présentation parfaite, de véritables estampes pour la plupart. Des novillos à la carrure de toros… Parfois sans grande combativité au cheval, mais à l’heure de la faena tous se sont arrêtés, avec tout au plus un minuscule recorrido et des coups de tête avec la volonté de tuer.
A nos côtés Fabrice Torrito donc en pleurait. Effectivement six novillos pour six silences, il y a de quoi ne plus croire en rien. En effet on vit six « top modèle » de la mode taurine dans le gabarit, les armures, le port de tête et parfois les robes… dont les qualités  s’arrêtaient à ce simple coup d’œil. Très vite il montrèrent leur manque de forces pour certains, une absence de race pour d’autres, et le peu d’intérêt qu’ils manifestaient dans le combat avec les novilleros. Un seul pour sauver le lot, le troisième, qui reviendra trois fois sur le cheval avec beaucoup d’alegria, en poussant très fort.
David Garzon ouvrait la tarde et il connaîtra vite des moments difficiles. Il ne s’engagera jamais vraiment. Avec beaucoup de prudence il tentera une faena du bout du pico, et lorsqu’il faut se rapprocher pour tuer, on frôle la catastrophe. Son second adversaire, aux défauts du lot, ajoutera de la faiblesse et ce n’est pas son toreo totalement profilé qui lui permettra d’avancer. Car s’il y avait la moindre chance de faire avancer les Albaserrada, c’était de se croiser, ce qu’il ne fit jamais.
Juan Carlos Benitez, n’émergera pas de l’ensemble. Il se montrera à la cape avec quelques belles véroniques mais par contre ne pourra arracher une seule passe au quatrième novillo. Luis aussi a joué avec cette tauromachie profilée avec laquelle on ne pouvait rien faire dans les arènes de Riscle. Au jeu des banderilles il se montrat plutôt à son aise dans la pose.
Cristobal Reyes, pour sa première course piquée, aura été obligé d’aller chercher les passes très loin, de les arracher une à une pour construire avec beaucoup de cœur un semblant de faena. Il sera le seul à se croiser naturellement et à tout tenter. Cristobal voulait s’imposer et se faire remarquer. Il y a en partie réussi, mais sans toro, difficile de convaincre. Il avait ouvert sur un tercio de cape avec deux véroniques parfaites et des capotazos enluminés. Un même style à sa seconde sortie portée par l’enthousiasme du public, mais une faena très terne où il parvient à peine à faire bouger son adversaire.
Toutefois soulignons à l’actif de Benitez et de Cristobal Reyes leur volonté de faire vivre la tarde par leurs tercios partagés de banderilles. Mais c’était trop peu pour faire oublier l’essentiel. Une course que tous les acteurs voudront vite oublier… et repartir rapidement sur de nouvelles orientations.
Reseña et photos : Jean-Michel Dussol.

mercredi 2 août 2017

Video du débarquement des Albaserrada pour Riscle



Cliquez sur le lien ci-dessous pour voir la video de Christian Lamoulie :

Débarquement des novillos d'Albaserrada pour Riscle


Reportage photos de Christophe Moratello du débarquement des novillos d'Albaserrada pour Riscle :


Pour voir la galerie complète :

https://www.facebook.com/media/set/?set=a.10213749147111824.1073741871.1500406518&type=3

mardi 1 août 2017

dimanche 30 juillet 2017

Les novillos pour Riscle (II)

Suite du lot de novillos d'Albaserrada pour Riscle le 5 août prochain:

Hortezuelo. Nº 28. Negro mulato bragado listón.
3 ans et 8 mois et demi
(Isma Sánchez)


Tragón. Nº 31. Negro mulato bragado.
3 ans et 10 mois
(Raúl Castro)

Hortador. Nº 38. Negro bragado.
3 ans et 8 mois
(Isma Sánchez)

Nocturno. Nº 24. Negro meano.
3 ans et 7 mois
(Raúl Castro)