jeudi 31 mars 2016

Vuelta al ruedo pour un Albaserrada à Aignan


Esclavo et César Valencia
(Photo Romain Tastet)

Compte-rendu de Jean-Michel Dussol sur le site Torobravo.fr :

"C’est de ces corridas à l’ancienne, un peu pesante où le danger rode derrière chaque muletazo, des moments où les toreros doivent parfois regretter d’avoir choisi ce métier. Les Albaserrada, cinq toros, l’un s’étant brisé une corne au moment du débarquement, ont livré cette impressionnante corrida dans les arènes d’Aignan. Personne n’oubliera ces têtes et ces armures impressionnantes. Oui Fabrice Torrito a retrouvé la légende des Albaserrada du Marquis.

En fait cette course d’Aignan avait des goûts d’ancien, de ces toros impossibles et durs que l’on a perdu l’habitude de voir. Une course difficile mais passionnante… Les Albaserrada on retrouvé leur légende d’antan… Une renaissance pour cette corrida de résurreccion."


Pour lire l'article complet, cliquer sur le lien :

http://torobravo.fr/aignan-27-mars-tarde-cesar-valencia-triomphe-avec-courage-et-valeur/#more-43980

mardi 22 mars 2016

Présentation de la course d'Aignan sur "Mundillo taurino"


Présentation en français et en espagnol de la course d'Aignan sur le site : Mundillo taurino de Jean Dos santos :


Retrouvez les interviews des trois matadors et du mayoral !

12499552 1143177055716404 1723339465 oLe 27 mars prochain aura lieu la toute première corrida de la temporada 2016 dans le sud-ouest. Une affiche très intéressante avec des toros du Marquis de Albaserrada, ganaderia gérée par le français Fabrice Torrito. Un cartel qui met en avant des toreros qui ont souvent brillés par leur courage et leur abnégation. Une affiche sur le papier à suivre de près que Mundillo Taurino vous propose de regarder de plus près…
Ganadería du Marquis de Albaserrada: Le Marquis de Albaserrada est à l’origine l’héritier d’une grande famille ganadera. Le nom Albaserrada est associé à deux types d’élevages actuels : Les ganaderias de la famille Martin d’encaste Albaserrada et les toros du Marquis de Albaserrada. 
La première histoire commence au début du XXe siècle avec le Marquis de Albaserrada de l’époque qui monte une ganaderia à partir de celle de son frère, le conte de Santa Coloma, une ganaderia d’origine Saltillo. Cette ganaderia est sortie totalement de la famille Albaserrada et appartient actuellement (fer, devise, ancienneté et sang) à la famille Martin avec Victorino et son neveu Adolfo. 
La 2e histoire Albaserrada débute en 1947 avec du bétail de Juan Pedro Domecq et de Isaia y Tulio Vasquez (Origine Pedrajas). La ganaderia connaît son heure de gloire avec la grâce de Laborioso à la Real Maestranza de Séville en 1965 par Rafael Astola. Il devient alors semental et assure une reproduction extraordinaire pendant 12 ans.
Cependant à partir des années 90, la famille rafraîchit sur la branche Domecq avec des produits du Marquis de Domecq qui n’ont pas eu les effets souhaités puisque la ganaderia a ensuite perdu de son prestige. Depuis l’arrivée de Fabrice Torrito en 2009 comme Mayoral de Albaserrada, la ganaderia est réorientée vers le sang Pedrajas avec l’incorporation de sementals de Tulio Vasquez et de Yerbabuena en 2012. Cependant les toros lidiés à Aignan seront encore du mélange Marquis de Domecq/Tulio Vasquez, une lignée où Fabrice Torrito a réalisé une grande sélection dès son arrivée pour ne garder que les éléments  les plus intéressants afin de remettre la ganaderia sur de bons rails.
Nous avons posé deux questions au mayoral de Albaserrada, Fabrice Torrito pour mieux comprendre les enjeux de cette corrida d’Aignan :
Mundillo Taurino : Nous savons que vous avez beaucoup travaillé pour redonner la gloire des années passées. J’imagine que c’est un rendez-vous incontournable pour vous et pour la suite de la ganaderia?
Fabrice Torrito : Il est réconfortant de voir à quel point l’aficionado français suit l’évolution du redressement de notre élevage. De fait seuls les organisateurs français nous font confiance ! On se rend compte malheureusement à quel point l’aficionado espagnol a perdu sa culture du toro. C’est un plaisir de collaborer avec des arènes comme Aignan, avec de véritables aficionados a los toros, pas seulement avec des hommes d’affaires de la tauromachie. Lorsqu’ils montent un spectacle tauromachique, il y a derrière une vraie histoire, une vraie réflexion uniquement taurine, pas de pensées mercantiles. En fait cette transparence respecte l’éleveur, les toreros, le public et donc la tauromachie.
Indépendamment de savoir comment va sortir la corrida je dois remercier du fond du cœur l’association Aignan y Toros avec ses présidents Paul Bergamo et François Daroux, habituels visiteurs de Mirandilla, de vouloir récompenser notre travail. J’espère que nos toros seront à la hauteur de cette marque de confiance.
Mundillo Taurino : Le fait que ce soit des organisateurs français qui vous donnent votre chance en corrida formelle, est-ce une forme de confiance qu’ils vous attribuent pour vous car on sait que dernièrement ce sont les organisateurs de Parentis qui vous ont sollicité ?
Fabrice Torrito : Il y a eu Parentis mais aussi St Gilles, Rieumes, Vergèze et maintenant Aignan ! Pas grands choses à ajouter : Vive la France tauromachique.
12571275 1098677690152676 692285354 nSanchez Vara : Alternative le 30 août 2000 en Sacedón
Temporada 2015 : 14 corridas pour 30 oreilles et 3 queues
Sanchez Vara, torero banderillero, est une valeur de sûre de l’escalafon. Il défile à Aignan après une temporada 2015 riche en succès. Il coupe notamment une oreille importante à Madrid en Septembre dernier, face à un lot de Moreno de Silva (Saltillo). Sur le sol français il sort à hombros avec 2 oreilles des arènes de Vergèze face aux Prieto de la Cal en octobre dernier, laissant également de très bonnes impressions à Céret, Vic Fezansac ou encore St Martin de Crau.
Sanchez Vara a gentiment répondu à deux questions pour évoquer sa carrière actuelle et cette corrida d’Aignan :
Mundillo Taurino : Votre temporada 2015 fut marquée par beaucoup de succès. Comment avez-vous vécu cette temporada 2015 et comment se présente la temporada 2016 ?
Sanchez Vara : Je suis très satisafait de ma temporada 2015 et également satisfait que mon nom compte pour les aficionados et les empresas afin de pouvoir m’affirmer dans le circuit des corridas dures. La temporada se présente très dure mais surtout très importante. Je commence le 27 mars à Aignan avec la corrida d’Albaserrada et il y a pas mal de choses qui m’attendent ensuite avec Madrid pour la San Isidro, Guadalajara et plusieurs plazas en France qui sont près d’être conclus.
Mundillo Taurino : Après le triomphe de Vergèze, vous revenez en France. Est-ce important pour vous de toréer sur le sol français surtout une corrida d’Albaserrada ?
Sanchez Vara : Chaque fois que j’ai torée en France ce fut très important parce ce pays m’a ouvert les portes et les aficionados me valorisent beaucoup et je sens un profond respect de la part de l’aficion française. J’adore tous types d’encastes. Je me prépare pour donner du spectacle et mettre en avant un toreo qui se perd et qui maintenant, fait partie de mon répertoire en plus du toreo pur et bon qu’aiment les aficionados.
Alberto Lamelas: Alternative le 8 mai 2009 à Valdemoro12596218 1098677646819347 63588264 n
Temporada 2015: 6 corridas pour 3 oreilles
Révélé à sa juste valeur une après-midi Vicoise après un combat avec Dormillon de la ganaderia de Dolores Aguirre, Alberto Lamelas a torée 6 corridas en 2015, toutes uniquement sur le sol français. Il revient à Aignan cette année après son triomphe de l’an passé où il avait coupé 2 fois une oreille à une course de Concha y Sierra. Un garçon attachant qui tentera une fois de plus de tout donner pour triompher le 27 mars prochain.
Le torero a gentiment répondu à nos questions en français !
Mundillo Taurino : Comment se présente la temporada 2016 après les succès obtenus l’année dernière ?
12722116 1098677633486015 193980274 nAlberto Lamelas : La temporada va être très importante pour moi cette année, je suis au cartel de la corrida d’Aignan, mais ensuite j’enchainerai avec Alès, Vic Fezansac ou encore Aire sur l’Adour. J’entame l’année avec beaucoup d’envie et d’espoir. C’est une année clef pour moi, je vais pouvoir toréer davantage que l’année dernière mais ça reste compliqué.
Mundillo Taurino : Quel est ton objectif pour cette temporada 2016 ?
Alberto Lamelas : Mon objectif cette année c’est rentrer à la feria de San Isidro en Mai prochain. Je veux que cette année me permette de passer un cap, dans mon toreo, montrer que je suis capable de rentrer dans le circuit des corridas dures.
12721640 1098677733486005 1061409839 nCésar Valencia: Alternative le 31 janvier 2015 à San Cristóbal (Venezuela)
Temporada 2015: 4 corridas pour 3 oreilles
César Valencia est un fin connaisseur des encastes réputés difficiles. En tant que novillero, il a régulièrement torée des ganaderias du type Miura, Barcial, Pedrés ou encore Prieto de la Cal. Le Vénézuélien sort d’une temporada 2015 dans laquelle il a prouvé qu’il pouvait s’imposer face à des toros les plus redoutés du circuit taurins. Les 2 oreilles coupées lors de son actuation à Vic Fezansac face à un encierro de Valdellan ont marqué les esprits. 2 mois plus tard il coupait une oreille à Orthez d’un nouveau toro de Valdellan. Cette corrida marque la confiance que donnent les organisateurs français au jeune sud-américain après Vic, Céret et Orthez.
Mundillo Taurino : Qu’est-ce que t’inspires cet après-midi d’Aignan où tu vas affronter un lot du Marquis de Albaserrada ?
César Valencia : Je suis assez satisfait de pouvoir revenir toréer en France, surtout devant une ganaderia avec tant d’histoire. Je me suis beaucoup entraîner, je me sens maintenant suffisamment préparé et capable de pouvoir faire quelque chose. Je crois que triompher avec cette ganaderia te donne toujours un plus de confiance.
12721619 1098677696819342 1106001858 nMundillo Taurino : Beaucoup de succès en peu de temps ici en France. Tu penses que triompher aujourd’hui à Aignan devant une corrida de ce fer, te permettras d’ouvrir définitivement les portes des plazas les plus importantes de France ?
César Valencia : Je pense que l’aficion française a l’habitude d’être juste avec les triomphes malgré le fait que je ne sois pas présent à la feria de Vic cette année après avoir été triomphateur. Je reste tout de même très reconnaissant envers les empresas et envers les commissions taurines qui auront été pour diverses raisons des éléments importants de ma carrière. Je pense que si je triomphe à Aignan avec la ganaderia du Marquis de Albaserrada, ils pourront m’ouvrir beaucoup de portes, ils me connaîtront beaucoup plus et verront ce que je veux. Comme dit dieux, rien ne ferme une porte sans en ouvrir deux. Ainsi j’espère que ce sera une belle après-midi et qu’ils voient mon envie et qu’ils voient que je suis capable d’être au-dessus de ce qu’il faut démontrer 
Aignan, 27 mars 2016, 17h00Aignan 2016
6 toros de Marquis de Albaserrada pour
Sánchez Vara
Alberto Lamelas
César Valencia
Il ne faut tout de même pas oublier la novillada sans picador du matin (11h) avec 2 erales du Camino de Santiago et 2 de l’Astarac, deux fers de la propriété de Jean Louis Darré qui seront affrontés par les novilleros Adrien Salenc, triomphateur de la saison passée en novillada sans picadors et Baptiste Cissé qui vient de triompher à Arzacq en début de saison après une temporada 2015 marquée par le triomphe lors du concours de novillada à Bayonne.
Aignan, 27 mars 2016, 11h
2 novillos de Camino de Santiago et 2 de l’Astarac pour
Adrien Salenc
Baptiste Cissé
L’équipe Mundillo Taurino remercie les trois toreros, Sanchez Vara, Alberto Lamelas et César Valencia, le mayoral et le vaquero de la ganaderia Marquis de Albaserrada Fabrice Torrito et Jean Christian ainsi que Claude Saint Nicolas pour leur précieuse collaboration.
Photos : Muriel Haaz
Jean Dos Santos

Les taureaux d'Albaserrada pour Aignan (2º partie)


HERMÉTICO, nº 32
né le 31 décembre 2011, negro
(Photo William Lucas)

GRANERO, nº 27
né le 8 novembre 2011, negro bragado meano 
ESCLAVO, nº 26
né le 2 novembre 2011, negro listón chorreado bragado meano calcetero
(Photo J. Porcar)

dimanche 20 mars 2016

Les taureaux d'Albaserrada pour Aignan (1º partie)


(Photo J. Porcar)
DIURNO, nº 48, né le 9 octobre 2011, negro





(Photo J. Porcar)
ESPÍA, nº 47, né le 27 octobre 2011, negro bragado meano

(Photo William Lucas)
HORTEZUELO, nº 46, né le 2 décembre 2011, negro

mercredi 16 mars 2016

Chacha à Aignan

Pierre Caumont, Pedrito, sur son blog :puraficion.blogspot.com annonce les Albaserrada pour Aignan et rend hommage à René Chavanieu :


Chacha et Fabrice à Mirandilla
(Photo Marc Levieuze)

PÂQUES À AIGNAN: CORRIDA D' ALBASERRADAS

 AIGNAN : LES TOROS DU MARQUES DE ALBASERRADA
POUR LA CORRIDA DE PÂQUES.

Ce n'est pas si courant : des toros du Marquis d' Albaserrada dans une modeste placita, telle Aignan, cela mérite d'être souligné et encouragé. 

Les aficionados d'ailleurs ne s'y trompent pas, nombreux sont ceux qui ont réservé cette date, dès qu'ils eurent connaissance du "cartel toros", et les organisateurs ont mis les petits plats dans les grands, en choisissant pour affronter ce fer de légende une terna qui devrait satisfaire les plus exigents.

Ce jour de Pâques, devrait affluer de toute la planète taurine torista la foule des grands jours pour garnir les tendidos Aignanais. 

En effet, çà n'est pas tous les jours que l'on peut voir combattre les reses du marquis, dont s'occupe avec passion Fabrice Torrito, le mayoral "exilé" depuis son Gard natal à la finca de "La Mirandilla", - Gerena, province de Séville - avec, face à eux, Sanchez Vara, Alberto Lamelas, et Cesar Valencia, trois matadors qui ne doivent leurs succès qu'à affronter des toros de respect, non des perritoros pour vedettes protégées et trop bien payées. 

Et cela me changera un peu, personnellement, de quelques tardes ennuyeuses, comme j'en ai connues ici et ailleurs.

Un ami m'a susurré que Aignan recevrait ce jour de Pâques la visite d'un aficionado prestigieux, un señor aficionado nîmois de 92 ans connu pour ses qualités, sa fidélité à la Fiesta Brava, et son intégrité, de la planète taurine entière : René chavanieu.

Souhaitons que, si cela s'avérait exact, les organisateurs de "Aignan y Toros", même si Chacha ne court pas après les honneurs, lui adressent le salut amical et respectueux qu'il mérite.

Regardez cette video où, sur les corrals de Mirandilla, Chacha explique le légendaire "cou téléscopique" du taureau de Miura :

video

Le chef de lidia pour Aignan à Mirandilla


Après César Valencia et Alberto Lamelas, c'est le matador qui sera chef de lidia à la corrida d'Aignan du dimanche 27 mars, Sanchez Vara, qui est venu tienter à Mirandilla.

Sanchez Vara entouré du
Mayoral et des ganaderos
Habitué des lieux, Javier connaît parfaitement les caractéristiques du bétail d'Albaserrada. Pour preuve la lidia de Victorioso à Vergèze en 2014.

Sanchez Vara devant l'azulejo
de Victorioso

lundi 14 mars 2016

Les toreros pour Aignan à Mirandilla



Dans une logique évidente d'intérêts réciproques entre l'élevage Albaserrada et les matadors qui vont lidier la corrida d'Aignan du dimanche 27 mars prochain, les trois maestros ont été invités à tienter à Mirandilla.

Natural de César Valencia
Dans l'ordre inverse d'ancienneté, ce sont d'abord César Valencia et Alberto Lamelas, qui pour la première fois, sont venus découvrir le caractère du bétail d'Albaserrada.

Derechazo d'Alberto Lamelas

Bétail intéressant, plus pour les toreros que pour le mayoral ... Mais l'important était que les maestros repartent de Gerena avec le plein de confiance!

mardi 8 mars 2016

Reportage de William Lucas


Le photographe William Lucas, du site www.photoaficion-williamlucas.fr, un fidèle de Mirandilla, nous propose son reportage 2016 sur la ganadería Albaserrada.

Quelle étrange et émouvante impression que le  Mayoral se rende compte que son travail commence à porter ses fruits en admirant ses pupilles "posant" pour l'objectif de William!

Helvético et Habilidoso à Mirandilla.
Photón!


Cliquez pour visionner le reportage complet :

http://www.photoaficion-williamlucas.fr/blog/ganaderia-albaserrada.html

lundi 7 mars 2016

La famille Sirven et Jerezano


Voici une belle histoire d'une famille d'aficionados qui après une visite à Mirandilla s'attache à un veau colorado de l'élevage.

Les Sirven me contacte chaque année pour avoir des nouvelle de leur protégé roux. 

Il est évident que si ce veau devenu novillo en 2017 ou taureau en 2018 est combattu en arène, cela sera sous les yeux attendris des Sirven ...

Un bel exemple de l'impact du "campo" pour l'aficionado au TORO.

Bonjour,

Le reportage de la chaîne régionale andalouse Canal Sur est vraiment excellent, et il met à l'honneur la Finca Mirandilla, cela prouve encore une fois que le travail paie à terme.
Bravo donc et félicitations à toute l'équipe ...

Mais à la Mirandilla, on a un petit faible pour Jerezano, c'est notre "préféré", depuis que je l'avais photographié en mars 2014, alors qu'il avait pris la liberté de passer par-dessus les barrières ..

Et comme on aperçoit des toros "colorado" dans le reportage, est-ce que Jerezano en fait partie ?
(si je compte bien, il devrait avoir un peu plus de deux ans maintenant, non ?)
Bonne continuation et meilleures salutations (et encore bravo pour ces belles images).

Vincent SIRVEN (Montpellier)

Photos de l'évolution de Jerezano en 2 ans.

Mars 2014
Mai 2015
Février 2016


jeudi 3 mars 2016

Albaserrada dans Terres Taurines


Hortador, le nº 24 fait la une de Terres Taurines

Dans l'opus nº 61 de la revue bimestrielle TERRES TAURINES d'André Viard, reportage de 28 pages sur la ganadería du Marquis d'Albaserrada, avec un résumé de l'histoire  de cette famille, une analyse du moment actuel que connait l'élevage et les perspectives d'avenir pour ce fer myhique. Le tout agrémenté de superbes photos de Mirandilla.