mardi 24 avril 2018

Mexico Aztecas y Toros

Des membres de l'Association Mexico Aztecas y Toros, Bernard Arsicaud et Charles Figini, ainsi que leurs conjointes ont visité Mirandilla le 15 avril dernier lors de la féria de Séville.

Lire le compte-rendu de leur matinée chez Albaserrada :


Le Mayoral et sa pédagogie ...

jeudi 19 avril 2018

Que financent les azulejos de Mirandilla?


Les aficionados ayant visité Mirandilla ces dernières années connaissent la Cerca de los Franceses, véritable symbole de la participation altruiste d'aficionados français à l'aventure de la tentative de renouveau de l'élevage d'Albaserrada.

Sur la façade extérieure de ce corral/arène ont été apposé des dizaines d'azulejos au nom de particuliers, de familles, de clubs taurins, d'entités sportives ou de sociétés commerciales. Ces donnateurs sont au nombre de 96 à ce jour!

Au mois de mars dernier, de violentes tornades ont frappé la finca, causant des dégâts importants sur les murs des corrals, sur des toitures et deux des bâches des gradins de la plaza de tienta se sont même envolées.

Les deux bâches envolées
de la plaza de tienta

Ce mois-ci, deux aficionados "toristes" bien connus à Nîmes et amis de Fabrice Torrito de longue date sont venus visiter l'élevage avec leurs sociétés respectives. Gilles Gal et A+ Architecture et Jean-Chales Roux et Jcs Voyages.


A+ Architecture et Jcs Voyages
sur la Cerca de los Franceses



Désireux de collaborer au travail de notre Mayoral, ils ont souhaité poser chacun un azulejo. À eux deux ils vont permettre à la Finca Mirandilla de financer le remplacement d'une des deux bâches envolées ...

Voilà à quoi servent concrétement les fameux azulejos de la Cerca de los Franceses de Mirandilla.

Un immense merci à eux et un grand Ole!

lundi 16 avril 2018

Albaserrada et Rugby



Visite de Thomas Castaignède à Mirandilla cette semaine.

Natif de Mont-de-Marsan, ce demi d'ouverture réalise une superbe carrière au Stade Montois, Stade Toulousain, Castres Olympique et Saracens anglais.

En équipe de France, il est sélectionné à 52 reprises (252 points) et gagne trois tournois dont 2 grands Chelems en 97 et 98.

Rugby et tauromachie ... des valeurs très proches!

mardi 10 avril 2018

Les retraités mettent la main à la pâte


Lorsque Serge Genest avait pris rendez-vous avec moi pour une visite de la ganadería pour un groupe d'amis, il avait été clair : on vient pour travailler! Trouve-nous quelquechose à faire à Mirandilla.

Le boulot ne manquant pas dans un élevage, un objectif leur fut attribué : nettoyer un enclos (ferrailles, barbelés, cailloux, taille d'oliviers, de figuiers de barbarie, ...)

Le magnifique groupe des 11 retraités à Mirandilla


Pioche à la main ...

Et le groupe de Serge fut largement à la hauteur de la tâche. Durant une journée complète, ils se sont démenés et sûr que certains bas de dos ont du grincer au réveil du lendemain!

A l'Andalouse : deux qui bossent et deux qui regardent ...

Encore un bel exemple de véritable afición, sans autre but que se faire plaisir en aidant l'élevage!

vendredi 6 avril 2018

Diaporama Mirandilla de William Lucas


Comme à chaque début de printemps, l'ami William Lucas a fait sa petite visite à Mirandilla.
C'est toujours un plaisir délicieux que de savourer ses instantanés de campo.


Son site vaut le détour : www.photoaficion-williamlucas.fr

mardi 3 avril 2018

La laie et ses marcassins


Il n'y a pas que des vaches et des taureaux à Mirandilla.

En train d'alimenter Vergézois, le semental, et quelques-unes de "ses" vaches, quelle surprise ce matin de voir débouler au milieu du troupeau une laie et ses quatre marcassins!



vendredi 30 mars 2018

Espartero un toro de Albaserrada con un destino excepcional


Ya no presentamos a Fabrice Torrito, nimeño expatriado en Andalucía desde 1992 y mayoral de la ganadería Marqués de Albaserrada.

Desde hace ya dos años, Fabrice, con la ayuda de la asociación Torrito Afición, organiza al final de temporada uno o dos festivales en Mirandilla, la finca de la ganadería en Gerena (Sevilla).

En el segundo festival de 2017 en la finca Mirandilla, el último toro de Albaserrada lidiado, con seis años de edad, Espartero (n°14), fue indultado por el matador de Madrid Javier Cortés por sus cualidades excepcionales de bravura y de nobleza. Bravo en tres puyazos que tomó arrancándose de lejos con alegría, Espartero mostró su nobleza en la muleta con sus arrancadas profundas y con ritmo.


'Espartero' nuevo semental de la ganaderia del Marqués de Albaserrada

Espartero es un toro con un destino particular.

A final de septiembre de 2016, con su hermano Habilidoso (n°38), sale de Mirandilla rumbo a la plaza de toros de Las Ventas de Madrid, donde ambos serán sobreros para la feria de Otoño. El 12 de octubre de 2016, está prevista una corrida de Palha.

De los 6 toros mandados por el ganadero portugués, uno es rechazado al desembarque. La empresa decide entonces de sustituirlo por Espartero y el sorteo decide que será Fernando Robleño quien lo lidiará en cuarta posición.

La corrida es finalmente aplazada al 16 de octubre por culpa del mal tiempo. Pero entonces, le dicen a Fabrice que su toro no se lidiará, ¡sin ninguna explicación o justificación por parte de la empresa! Espartero vuelve entonces para los cercados de Mirandilla al lado de sus hermanos.
En febrero de 2017 iba yo a Mirandilla para hacer algunas fotos como de costumbre desde hace cinco años. En un cercado, con algunos utreros (novillos de 3 años), al fondo veo a un toro con una mirada que no me deja indiferente. Fabrice me explica entonces que se trata de Espartero y que desde que ha vuelto de Madrid, había tenido que sacarlo del cercado de los toros porque su nobleza extrema hacía que los otros le pegaban mucho... Me afirma también que hay un proyecto de desafío ganadero en Tarazona de la Mancha (Albacete) en agosto y que piensa en mandar allí a Espartero.


El mismo 'Espartero' en Mirandilla en 2017

26 de agosto de 2017: desafío ganadero en Tarazona (3 toros del Marqués de Albaserrada y 3 toros del Conde de la Maza) y nuevo golpe del destino para Espartero: 2 toros de los 3 se estropean los pitones, la ganadería sale entonces del desafío ganadero y Espartero único toro restante se queda de sobrero pero no saldrá finalmente ese día. Vuelve de nuevo a Mirandilla donde Fabrice se lo quedaría para el festival del 2 de diciembre del cual ya conocéis el desenlace.
Regresé recientemente de Andalucía donde he podido admirar de nuevo a Espartero. Todavía tan precioso, después de varios meses de convalecencia debido a su duro combate, Fabrice acaba de atribuirle su primer lote de vacas.

¡Qué destino!


'Espartero' libre en su nuevo cercado con una vaca y un becerros


La nueva vida de un toro que acabo siendo semental

mardi 27 mars 2018

Le belle vie d'Espartero par William Lucas



Texte et photos de William Lucas


"On ne présente plus Fabrice Torrito, nîmois expatrié en Andalousie depuis 1992 et Mayoral de la Ganaderia du Marqués de Albaserrada.

Depuis deux ans maintenant, Fabrice avec l'aide de l'association Torrito Aficion organise en fin de temporada un ou deux festivals à Mirandilla, la finca de la Ganaderia à Gerena.


Lors du second festival 2017 à la finca Mirandilla, le dernier taureau d'Albaserrada lidié, âgé de six ans, Espartero (n°14), a été grâcié par le matador de Madrid Javier Cortés pour ses qualités exceptionnelles de bravoure et de noblesse. Brave en trois piques qu'il prit en partant de loin avec alegria, Espartero montra sa noblesse dans la muleta avec ses charges profondes et rythmées.

Espartero est un taureau au destin particulier.




Fin septembre 2016, avec son frère Habilidoso (n°38) il quitte Mirandilla pour les arènes de Las Ventas à Madrid, où tous les deux seront sobreros pour la feria d'automne. Le 12 octobre 2016, est prèvu une corrida de Palha. Sur les 6 toros envoyés par l'éleveur portugais, un est refusé au débarquement. L'empresa décide donc de le remplacer par Espartero et le sorteo décide que c'est Fernando Robleño qui le combattra en 4º position. La course est finalement reportée au 16 octobre pour cause de mauvais temps. Seulement voilà, Fabrice apprend que son taureau ne sera pas lidié, sans aucune explication ou justification de la part de l'empresa! Espartero repart donc pour les cercados de Mirandilla auprès de ses frères.

En février 2017, je me rendais à Mirandilla pour y faire quelques images comme j'en ai pris l'habitude depuis maintenant cinq ans. Dans un cercado, avec quelques utreros (novillos de trois ans), au fond j'aperçois un taureau avec un regard qui ne me laisse pas indifférent. Fabrice m'explique alors que c'est Espartero et que depuis qu'il est revenu de Madrid il avait dû le sortir du cercado des taureaux car sa noblesse extrême en faisait un souffre douleur au campo... Il me confie aussi qu'il y a un projet de défi ganadero à Tarazona de la Mancha (Albacete) en août et qu'il compte bien y envoyer Espartero combattre.


26 Août 2017: Défi ganadero à Tarazona (3 toros du Marquis d'Albasserrada et 3 toros du Conde de la Maza) et nouveau coup du sort pour Espartero: deux toros sur les trois s'abîmant les cornes, la ganaderia est retirée du défi ganadero et Espartero seul toro restant se retrouve sobrero mais ne sortira finalement pas ce jour là. Il revient à nouveau à Mirandilla où Fabrice le gardera pour le festival du 2 décembre dont vous connaissez l'issue.



Je reviens tout juste d'Andalousie où j'ai pu aller admirer à nouveau Espartero. Toujours aussi magnifique, après plusieurs mois de convalescence suite à son dur combat, Fabrice vient de lui attribuer son premier lot de vaches.

Quel destin!"







samedi 24 mars 2018

Novillada d'Albaserrada à Ayllón


Les 28,29 ou 30 septembre prochain, une novillada sans picadors sera lidiée à Ayllón (près de Ségovie) dans le cadre du "IV Certamen de novilladas sin caballos Villa de Ayllón".

Pour cette féria à fort accent toriste, La Quinta et Conde de la Maza, accompagneront les erales de Mirandilla.

Les année précédentes, des élevages comme Saltillo, Prieto de la Cal, Cebada Gago ou Rehuelga y furent présentés.

Plaza Mayor d'Ayllón

vendredi 23 mars 2018

Cache cache avec Hermético


Qui veut jouer à cache cache avec Hermético, l'utrero nº 12 d'Albaserrada qui sera lidié en corrida en 2019.

Encore un superbe cliché de William Lucas.

Reportage complet à suivre.


mardi 20 mars 2018

Les arènes de Mirandilla comme jamais!


Comme chaque printemps, nous avons reçu ce matin la visite du photographe taurin William Lucas. C'est toujours un grand plaisir de partager toro avec ce grand aficionado de Magescq.  

Son reportage suivra plus tard.

Un petit aperçu de son travail avec la placita de tienta de Mirandilla comme vous ne l'avez jamais vue! Je peux vous assurer qu'il n'a pas utilisé un drone ...




lundi 12 mars 2018

Albaserrada à Beaucaire

Albaserrada est la ganadería choisie par les membres de l'Aficion taurine beaucairoise

Les bêtes de Mirandilla fouleront le sable des arènes Paul Laurent lors de la traditionnelle novillada des fêtes de la Madeleine, le dimanche 29 juillet.




vendredi 9 mars 2018

Morenito de Maracay, 38 ans après!


En 1980, un matador vénézuélien , José Nelo, artistiquement "Morenito de Maracay", fait sa présentation en Europe à Pampelune.

Il triomphe en coupant deux oreilles à la corrida du Marquis d'Albaserrada du 14 juillet avec Joaquin Bernardó et Paco Alcalde.

Cette course va lancer sa carrière en Espagne et en France.

Il fait partie de ces toreros qui ont illuminé ma jeunesse tauromachique. Ces fameux cartels de banderilleros avec Victor Mendes, Richard Milian, El Soro, Nimeño, Esplá, Ruiz Miguel, ... Et cette pose au quiebro si spectaculaire!

Afin de préparer ses adieux en Espagne (3 mars à Las Rozas) il était notre invité à Mirandilla pour toréer deux erales.

Face au premier, sérieux et compliqué, Morenito montra que sa forme physique était bonne. Avec le second, plus noble, il nous fit admirer quelques "muletazos de la casa" avec cette saveur ancienne incomparable.


Morenito et Fabrice sous
le regard de Maruchi


La course d'Albaserrada qui remporte
le prix à la meilleure corrida de
los San fermines en 1980
Premier eral sérieux
et compliqué

Morenito en bonne forme physique
devant un eral exigeant


Eral plus noble.
Superbe attitude de Morenito



Passe "très" naturelle
Saveur "añeja"
Fin de tentadero

mardi 6 mars 2018

Robes de mariage à Mirandilla


Il n'y a pas que les taureaux dans la vie!

De belles robes de mariage à Mirandilla avec le cheval et le chapeau du Mayoral!

https://www.printemps.com/magazine/decryptage/mariage-margaux-tardits


samedi 3 mars 2018

A vos truelles!


Elle était tant attendue ... La sécheresse au campo devenait préoccupante.

Ça y est, il pleut enfin en Andalousie! Et quelles pluies! Près de 200 litres au mètre carré en 5 jours ... et ce n'est pas terminé!

Mais ces très fortes précipitations n'ont pas que du bon.

Les murs des corrals de Mirandilla ont souffert des dégâts importants. Ces murs montés, il y a près de 40 ans, sans fondations ni ciment n'ont pas tenu le coup. Des pans entiers se sont écroulés.

Amis maçons de Torrito Afición, à vos truelles, il y a du boulot!


dimanche 25 février 2018

Domingo Nogales, Mayoral légendaire d'Albaserrada


Il y a un peu plus de trente ans, Domingo Nogales, le légendaire Mayoral des Albaserrada prenait une retraite bien méritée.

Le sommet de sa carrière restera la grâce de Laborioso à la Maestranza en 1965.

Hablan los Mayorales :


Un tout jeune Domingo Nogales (1º en partant de la droite)
avec le fondateur de la ganadería José García de Samaniego

 (3º en partant de la gauche) et le grand Manuel Jimenez "Chicuelo"
 (4º en partant de la gauche) après un tentadero à Mirandilla

Le Mayoral avec José-Luís de Samaniego
et José-Antonio Campuzano
Tour d'honneur triomphal aprés la course
de l'indulto de Laborioso à la Maestranza  avec
Paco Puerta, Rafael Astola, le picador El Beta et
Pedrín Benjumea

mardi 20 février 2018

Alfredo Kraus à Mirandilla




























Début des années 90, Mirandilla reçoit la visite d'Alfredo Kraus, un des ténors lyriques les plus importants du XXº siècle.

Il assiste pour la première fois à un tentadero d'Albaserrada mené par José-Luís de Samaniego, l'éleveur et José-Antonio Campuzano le lidiador.

vendredi 16 février 2018

Albaserrada sur "El estoconazo"


Reportage photos d'Albaserrada, sur le site "El Estoconazo" par "El Móli"de Valencia. Encore un site taurin très toriste sur la toile espagnole. Il existe incontestablement une jeunesse espagnole très portée sur le TORO comme élément fondamental de la Fiesta. C'est de bonne augure ...

Cliquez sur le lien suivant pour voir les photos :

http://www.elestoconazo.es/2018/02/los-pedrajas-del-marques-de-albaserrada.html?m=1

lundi 12 février 2018

L'Ebro immortel



L'EBRO de Mirandilla

Les habitués de Mirandilla ont certainement aperçu sa vieille silhouette près du cortijo ou dans les parcs à taureaux. 

Âgé de bientôt cinquante ans, il est toujours fidèle au poste, imperturbable, increvable, immortel?
D'une réelle utilité, le Mayoral n'a de cesse de le réssusciter pour ne pas le voir croupir au fond d'un hangar comme beaucoup de ses frères.

L'EBRO Rouge d'Albaserrada fait partie de son histoire, comme Laborioso ou le Marquis.

Photo début des années 80.
Jose-Luis de Samaniego, son Mayoral Domingo Nogales et
derrière à droite ... l'EBRO
Et attention, pas n'importe quel EBRO! Il s'agit du 160 D. D signifiant double embrayage, comme tous les aficionados à la mécanique (dont je ne fais pas partie) sauront évidemment.

Le couvercle de boite de conserve ...

Après un léger rhume cet hiver, un simple couvercle de boite de conserve a suffit à le guérir ... et c'est reparti pour ...

dimanche 11 février 2018

Dernier herradero à Mirandilla



























Depuis quelques temporadas, Mirandilla a pour habitude d'organiser son dernier herradero en début d'année, à la fin de l'hiver.

Ce 10 février ont été marqué les derniers veaux Albaserrada du millésime 2017.

dimanche 28 janvier 2018

Quotidien du campo, boucler les veaux



En cette saison hivernale, les vaches mettent-bas à Mirandilla.

Pour le Mayoral, il s'agit d'une période fondamentale.

Il faut repérer la vache qui arrive à terme, trouver où elle a pu cacher sa progéniture, l'attraper lorsqu'elle s'est éloignée et la boucler (identification européenne)

Le danger vient évidemment de la mère qui défendra sa créature avec bravoure.

Pour ne pas l'alerter, il faut fermer la gueule du nouveau-né.

vendredi 19 janvier 2018

Tentadero à Mirandilla avec Alberto Lamelas sur "Ondaluz"














Nouveau programme tourné à Mirandilla sur la chaîne locale "Ondaluz" dans son émission "Vivan los toros". Au sommaire, tentadero avec Alberto Lamelas (et une très bonne vache d'origine Tulio), commentaires du mayoral Fabrice Torrito, interview de Tomás Campuzano et intervention de Dominique Valmary.

Pour voir le programme complet (jusqu'à la 42º minute ) :


http://ondaluz.tv/sevilla/viva-los-toros/4-7-17012018-tentadero-en-albaserrada-con-alberto-lamelas/37978/

mardi 16 janvier 2018

Reseña du Mayoral du Festival du 2 décembre


Deuxième Festival taurin à Mirandilla. Samedi 2 décembre 2017. Encore beau plein dans les gradins. Les quatre toreros arrivent en attelage.



1/ HOGAREÑO. Eral nº 23. Origines : 75% de sang Pedraja : Tulio par le père (Aceitunito nº15) et 50/50 (Domecq/Pedraja) par la mère. Lidiador : Juan Ginés (Gerena)

Très noble. Faible mais s’améliore durant la lidia et va à “más”. Humilie. Du rythme. Qualité dans la charge. Novillo de “torero”.

1 oreille.

Première Porta Gayola dans la
Cerca de los Franceses

Eral qui permit à Juan Ginés
de toréer avec classe
2/ JARANDILLO. Eral nº 2. Origines : 100 % de sang Pedraja : Tulio par le père (Aturdido nº1) et Pedraja par la mère. Lidiador : Cristobal Reyes (Jerez)

Compliqué. Encasté. 2 piques sans se livrer. A bien débuté la faena, avec consistance. Une mauvaise lidia va rendre le novillo averti, sur la défensive et très violent. Un dur à cuire.

Torero accroché et courageux.

Eral difficile qui ne se livre pas

Les membres de la "Jeunesse taurine de Jerez"
avec Cristobal Reyes

3/ ARDIENTE. Novillo nº 42. Origines : 75% de sang Pedraja : Tulio par le père (Aturdido nº1) et 50/50 par la mère. Lidiador : Miguel León (Gerena)

La pique assassine n’arrange pas le caractère défensif de l’animal. Des charges très courtes sans humilier, sans jamais se livrer. Un fond de noblesse tout de même. S’est rapidement orienté.

Novillo très compliqué.



Novillo de présentation irréprochable

Novillo trop piqué?

4/ ESPARTERO. Toro nº 14 (presque six ans!) Origines : très en Domecq. Lidiador : Javier Cortés (Madrid)

1º pique en brave, poussant avec les reins, en carioca. 2º et 3º rencontres avec pique de tienta. “Tardo” mais très allègre dans ses courses vers le cheval. Accuse énormément les “querencias” de la Cerca de los Franceses (qu’il connaissait par cœur pour y être passé une vingtaine de fois …) Brave.

Muleta: charges très profondes. Très humilié, les cornes creusant un sillon au sol (surtout la droite). Rythme et temple dans la charge. Transmission. Qualité encastée. Grand taureau. 

Pour être parfait, il lui a manqué un peu de sauvagerie.

Indulto (grâce). 2 oreilles symboliques.








Allégresse au cheval
Espartero qui fait l'avion sur
la corne droite
Muletazo profond à
gauche aussi
Indulto d'Espartero
Matador, Mayoral et ganadera ravis