mercredi 10 octobre 2018

Un torero irlandais à Mirandilla


Dans le cadre de l'actvité réceptive de séminaires, la finca Mirandilla a accueilli ce mois-ci un groupe de 40 professionnels irlandais du secteur de l'agro-alimentaire.

"El Irlandés" explique à ses compatriotes comment lui est venue l'idée de devenir torero

J'avais fait la connaissance du novillero David White "El Irlandés" à Cádiar (Granada) en 2015 lorsqu'il avait combattu un eral d'Albaserrada.

A ma demande, il accepta de venir raconter son histoire hors du commun à ses concitoyens totalement stupéfaits qu'un torero puisse exister dans leur Pays.

Ce fut aussi l'occasion de lui proposer de tienter une vache ce jour-là.

David White entre la ganadera et son mayoral après le tentadero

Je pensais que David vivait à Málaga et que le trajet jusqu'à Gerena n'était pas excessif. Quelle ne fut pas ma surprise d'apprendre qu'il vivait en fait à Belfast et qu'il fit le voyage aller/retour (près de 6.000 kilomètres) en 24 heures pour venir tienter ... une seule vache (qui finalement seront deux) ... 

Vous avez dit Afición?!

samedi 6 octobre 2018

La reseña du Mayoral de la novillade d'Ayllón


Que les dynastiques Rafael Camino et Manolo Vazquéz soient annoncés au cartel n'était pas forcément une bonne nouvelle. Que venaient-ils faire dans cette galère? Le premier s'effaça d'ailleurs de la course au dernier moment et le cartel se composera finalement de "PARRITA" et MANOLO VÁZQUEZ.
"Parrita" reçut une
grosse rouste
Manuel Vázquez avec
le sourire ... une fois la 

course terminée

Nº 23. Habilidoso

Le premier fils du semental Chacha de la lignée Yerbabuena lidié en public.
Très nerveux pendant toutes les manipulations : embarquement, camion, débarquement, corrals, ...
Sa sortie en piste est superbe. De petit volume mais avec du trapio. Altier, il ne baissera jamais la tête. Un calque du père (et du parrain ...) Il frappe fort sur les barrières et essaie de voir ce qui se passe dans le callejón. Ce manque d'humiliation gênera énormément le torero.
Aux banderilles il garde la tête haute et accuse une boiterie des postérieurs.
Muleta : noble. Gueule fermée jusqu'au bout. De la fixité. Il est allé "a más" et a mieux terminé. Grâce a sa caste, sa faiblesse disparut. Résistant à la mort.
Résultat encourageant.

Nº 13. Misterioso

Frappe fort aux planches. Banderilles : manque de force. Muleta : très noble. Un rythme idéal pour un torero, surtout corne droite. Fixité. Ouvre la gueule. Se plaint aux banderilles et à l'estocade. Dur à la mort. Mansito mais toréable.

Belle charge de Misterioso

Nº 10. Bravucón

Un volume de taureau (il lui manquait 10 jours pour avoir 3 ans). Sortie impressionnante. Les arènes portatives tremblent. Banderilles : écourte la charge et attend. 
Muleta : charge courte. Ne passe pas. Gueule fermée mais manque d'esprit offensif. 
Dur à la mort. Aprés le coup d'épée forte "cogida" au novillero. Manque de race.

Nº 19. Hortezuelo

Superbe sortie. Un berceau de cornes magnifiques. Lui aussi tape dur sur la barrière. Belles charges au capote, mettant la tête et sortant le cou. Aux banderilles il répète et poursuit. Cela va certainement donner une belle faena ... Las, seulement 2 minutes de faena montre en main! Avec un novillo de triomphe que le "petit prince" n'a pas voulu voir! "Una pena". Dur à la mort.

Les pointes de Hortezuelo et
la "retenue" du dynastique

Bilan

Novillade intéressante avec 3 bons animaux, et pas un seul tour d'honneur des novilleros! Manque évident d'envie, de préparation physique et de technique.

Course avec de la mobilité et de la fixité. C'eut été intéressant de voir le premier et le quatrième au cheval.

mercredi 3 octobre 2018

Ayllón, des pointes de cornes, des joutes et du vin empyreumatique


Plaza Mayor d'Ayllón
FERIA de AYLLÓN du Jeudi 27/09/2018 au dimanche 30/09/2018.

Antony CROUZET, Jeff COURBIER, Pierre PAPPALARDO, Henri CHAVERNAC

Vendredi 28 Septembre 2018, petit matin brumeux un peux « frisquet ». Nous quittons Soria, petite ville de Castille-et-León, notre ville étape. La mission est simple semble t’il : retrouver Fabrice, qui au téléphone nous a semblé inquiet sur l’intégrité des cornes de ses novillos. 

Le problème c’est le « où ». Retrouver Espirdo petit village de la province de Ségovie. Coup de chance nous croisons Fabrice sur la place Mayor a la recherche de ces novillos. Jeff langue de pelhas dit que cela devient une habitude ...

Il faut interroger les autochtones, les GPS, les cartes IGN pour enfin trouver : la modeste mais jolie finca "Los Cerros" de l’ancien matador Emilio de FRUTOS, perdue dans la nature, bien cachée à l’abri des regards, « vous avez dit bizarre ».


Los Cerros, la finca du
matador Emilio de Frutos

Fabrice est inquiet. Les portails sont verrouillés et pas sympathiques, Fabrice est pour le moins nerveux. Il s’avance seul vers des hommes qui se préparent à embarquer des toros et débute les palabres. Nous n’avons encore pas aperçu les Albaserrada, la seule bête à cornes que nous voyons est un buffle « pas tibulaire, mais presque ».
Nous restons en retrait pour ne pas gêner Fabrice qui nous semble toujours tendu. Il nous fait signe, nous approchons inquiets. A voix basse il dit « j’ai aperçu la tête du 23 qui s’envoie dans un chiquero, il semble en pointe, ils vont embarquer ".


Le 23 qui s'envoie
dans le chiquero
L'embarquement
Le camion se met en place, nous pouvons monter sur les escaliers, assister à la manœuvre, les quatre novillos sont……. en pointe. Fabrice se calme, on peut percevoir furtivement une sorte de sourire. Nous prenons la décision d’escorter le camion jusqu’aux arènes d’Ayllón.


On escorte le camion
Nous surveillons les pointes. Antho explique à Pierre que les pointes se trouvent sur les cornes, les cornes sur la tète des toros et que la pointe qui se trouve à l’arrière c’est la pointe de la queue, qu’il n’est pas nécessaire de surveiller.


Le billet


17h30 nous prenons notre presque « no hay billettes », à l’ombre à côté de la présidence : on surveille. Nous établissons un cordon de sécurité autour de notre mayoral.


Le Mayoral bien protégé
18h05 le n° 23 « fils de chacha » sort et……il est en pointe OUF !!! Nous n’aurons plus le moindre souci pour les pointes. Le Mayoral respire, il était en apnée depuis le lever du jour. La quadrille Pappalardesque est très joyeuse.


Les pointes sont là ...
Très beaux et bons novillos surtout le 1 et le 4. Novilleros un peu verts et tendres. Mais je laisse à Fabrice notre Maître les commentaires de la reseña


Le carnet du Mayoral
La soirée de l’après corrida ne sera pas évoquée car elle reste dans le domaine de l’intime. De plus comment parler d’un chemin de croix, ou les diverses stations se trouvent dans les bodegas. Quel curieux pays ? Le Mayoral se décontracte.  

Nous abordons le délicat sujet de la position des jouteurs de Sète. Pierre mime et fait un cours magistral de joutes. Le Mayoral rit. Par la suite nous sommes à la recherche d’un vin Empyreumatique aux arômes et saveurs toastées. Nous devons déguster un nombre non négligeable de bouteilles. Le Mayoral se détend et déguste. Nous, nous sommes solidaires. Au petit matin, le Mayoral disparaît, nous pensons qu’il est allé se coucher. Nous on continue. Chut !! top secret.


Pierre le jouteur de Sète
Henri Chavernac

POUR JEFF :

Empyreumatique: famille des odeurs brûlées, chauffées ou sêchées. 


La leçon sur le vin
empyreumatique ...
Les arômes empyreumatiques dans le vin sont très souvent apportés par les fûts utilisés lors de l'élevage des vins . Le tonnelier lors de la fabrication du fût déterminera le brulage du fût entre faible, moyen ou fort ce qui apportera des arômes de vanilles, réglisse, ou des arômes plus brûlés tels que la torréfaction, le tabac blond, le caramel ou le pain grillé...

mardi 2 octobre 2018

Foot et toros


C'est avec beaucoup de plaisir que j'ai reçu Faouzi Mansouri aujourd'hui à Mirandilla.


Issu du Chemin-bas d'Avignon, ce rugeux défenseur est professionnel au Nîmes-Olympique de 75 à 80.

La vignette Panini de Mansouri
au Nîmes-Olympique

Après des passages à Béziers, Mulhouse et Montpellier, il raccroche les crampons en 1986.


International algérien à 27 reprises, il participe notamment aux coupes du monde de 82 et 86 avec la plus grande équipe d'Algérie de l'histoire. On a tous en mémoire cette victoire historique face à l'Allemagne 2-1 et une élimination injuste après le match de la honte entre l'Allemagne et l'Autriche.

Debout, 3º en partant de la gauche

jeudi 27 septembre 2018

Des erales d'Albaserrada pour Ayllón

Sur ces photos, Bravucón le nº 10 et Hortezuelo le nº 19, deux des erales (deux ans) d'Albaserrada qui seront combattus demain 28 septembre à Ayllón, près de Segovia.

Belle présentation pour une non piquée!

Plus de cornes que beaucoup de taureaux de quatre ans vus dans de nombreuses arènes ...


 

vendredi 21 septembre 2018

Le cartel d'Ayllón


Très belle affiche où le taureau
est clairement le protagoniste

C'est vendredi prochain, 28 septembre que sera lidiée une novillade non piquée d'Albaserrada à Ayllón, près de Segovia.

Intéressant 4º cycle en compagnie des ganaderías de La Quinta et de Conde de la Maza.

Pour affronter les erales de Mirandilla, Cristóbal Ramos "Parrita" de Murcia et Manuel Vázquez, le petit-fils du grand Manuel Vázquez Garcés, "Manolo Vázquez".

En 1987, lors de mon premier séjour en Andalousie (celui qui déclenchera tout ...), j'avais eu la chance de rencontrer le grand Maestro de San Bernardo qui se trouvait en famille à Rota (près de Cadix) en vacances d'été.

Il y a plus de trente ans,
le grand Manolo Vázquez en
toute décontraction

lundi 10 septembre 2018

Dates des Journées Torrito Afición 2018












Les dates des traditionnelles Journées Torrito Afición de Mirandilla sont connues pour 2018.

1º série : Vendredi 9 et Samedi 10 Novembre

2º série : Vendredi 30 Novembre et Samedi 1º Décembre

Au programme, ferrades, tentaderos, festivals, ...

Le contenu exact sera communiqué plus tard.

mercredi 5 septembre 2018

Un Albaserrada à Vieux-Boucau ...



Photos de Patrick Cousseau.

Encore un exemple de la perte de propriété de l'éleveur sur son taureau lorsqu'il quitte la finca et qu'il est payé ...

Impresionante à Mirandilla




Impresionante le nº 29 de millésime 2013 (un Tulio) était parti comme "sobrero" (remplaçant) pour la course de Tafalla du 15 août 2017


Depuis un an, suivant la trace de l'animal, je savais qu'il se trouvait dans la ferme de l'organisateur/éleveur, Macua-Corera.

Impresionante plane  
sur sa corne droite




C'est William Lucas, l'ami photographe taurin de Magesq qui m'avertit qu'Impresionante était sorti le 20 août dernier dans les arènes du Vieux-Boucau, pour la finale des "recortadores pro tour".

Belle attitude d'Impresionante




Evidemment, aucune information préalable du "nouveau propriétaire" et seulement un laconique "il a servi" comme analyse lorsque je l'ai appelé, presqu'en m'excusant, pour en savoir plus.





Encore deux taureaux, aujourd'hui âgés de bientôt six ans, les nº 27 Jorobado (un Tulio) et nº 5 Gracioso sont toujours dans ce cas de figure ... Jorobado a d'ailleurs été 1º sobrero de la corrida de Tafalla de Prieto de la Cal cette année (aucune info préalable non plus).

Impresionante qui humilie 
sur la corne gauche 




Pour se faire une idée du comportement d'Impresionante, seuls ces quelques clichés et les commentaires de la journaliste Isabelle Chambon dans l'édition du 28 août du journal Sud-Ouest :


"Le toro réservé pour la finale, issu de l’élevage du Marquis d’Albaserrada, bien connu des aficionados de corrida, a fait sensation par sa présentation et sa caste"

 

lundi 3 septembre 2018

Le salut gêné du Mayoral


La temporada 2018 est passablement compliquée pour Albaserrada.

La seconde novillade piquée qui devait se lidier fin août en Espagne a finalement été vendue pour du rejon.

Vu que celle de Beaucaire a eu le défaut de sortir "en pointes" (quel scandale!), nous avons reçu des pressions (toujours sous-jacentes). Les novillos devaient s'humaniser (expression moderne de limer les pointes des cornes ...) avant de sortir en piste. Notre refus a eu pour conséquence directe que cette novillade reste à Mirandilla.
En dernier recours, nous avons dû nous résoudre, la mort dans l'âme, à la vendre pour une corrida à cheval.

Jaramillo, un Tulio avec du poder

Horrible dilemme! En s'opposant à ce qu'ils fassent "la bolita" (arrondir légérement les pointes de quelques millimètres) aux novillos, nous avons dû "souffrir" de les voir se faire amputer de 10 centimètres de cornes (règlement oblige)...

Cette novillade a eu lieu le 26 août dernier à Almagro, superbe ville de Castilla la Mancha. Sans envie, il fallut tout de même accompagner les bêtes.

La course a été bonne. Deux très bons novillos, un troisème (de Tulio) avec de la force et de la caste. Cinq applaudis à l'arrastre. Six oreilles coupées. Les trois rejoneadors qui sortent en triomphe et me félicitent, ainsi que l'organisateur.

Burgos, Ferrer et Losa
portés en triomphe

Difficile de se faire une rélle idée du caractère des utreros tant la corrida à cheval "exige" différement aux taureaux. Mais on en tire toujours de précieux enseignements. Et puis c'est toujours un peu de joie vécue par les temps moroses qui courent ...

A la fin du spectacle, je décline l'offre des toreros de les accompagner portés en triomphe. Seulement un discret salut en piste.

Dans l'histoire de la tauromachie, certainement le salut le plus gêné d'un mayoral ...

Le salut gêné du Mayoral

lundi 27 août 2018

Habilidoso d'encasté à ... "malo" ...



Muletazo de domination.
Belle humiliation de l'Albaserrada.

"El segundo toro, un sobrero del Marqués de Albaserrada, en una noche cerrada; este fue una prenda además de bajar el nivel de tarde, se venía por dentro por los pitones, Noé lejos de amedrentase lo cuajo y le realizó la lidia que el animal necesito, este toro era de los de la cama y el torero no solo le hizo las cosas bien, es que además se tiró a matar de verdad espadazo en toda la yema. Oreja."

Texte et photos de Philippe Gil Mir.



Superbe estocade en se mouillant les doigts 
à un taureau qui a vendu chérement sa peau ...

"Son second taureau, est un remplaçant du Marquis d'Albaserrada. Ce fut une "prenda". En plus de faire baisser le niveau de l'aprés-midi, il attaquait vers l'intérieur sur les deux cornes. Gomez del Pilar, loin de s'affliger, le toréa bien et lui réalisa la lidia que l'animal nécessitait. Ce taureau était un taureau d'infirmerie et le torero non seulement lui fit les choses bien mais se jeta avec franchise pour le tuer en plaçant une épée à l'endroit parfait. Oreille."

Cette temporada est très difficile pour l'élevage. Nous nous voyons donc obligés de vendre des taureaux comme sobreros, pour rejoneo, pour les rues ou pour recortes.

Ainsi, le nº36, Habilidoso, fut vendu comme sobrero sur une corrida de Martin Lorca pour El Cid, Salvador Cortés et Gomez del Pilar à Cebreros (Ávila) le 16 août dernier.

L'ambiance de l'après-midi fut de "gentillesse" avec énormément de toréabilité. 10 oreilles coupées, 2 queues, deux vueltas al ruedo, ... la fête au village!

Notre taureau sortit avec de la force, compliqué et encasté. Il fallut un lidiador pour le dominer. Ce fut certainement le combat le plus authentique de la journée. Mais voilà, il sortait du scénario écrit. Il ne correspondait pas à l'esprit de la corrida moderne. Il gêna, dérangea, et fut très rapidement catalogué comme "malo" (mauvais) par les "professionnels" et la presse bienveillante.

Commercialement cette sortie d'Habilidoso est très mauvaise pour notre élevage! Encore des arènes et des toreros qui nous fermeront leurs portes.

Qu'il est difficile d'être ganadero et porter ce nom d'Albaserrada ... Si tes bêtes sortent avec noblesse, tu es critiqué pour manque de caste et si elles sortent avec du piquant, tu es montré du doigt pour manque de toréabilité!

Véritable quadrature du cercle ...

lundi 20 août 2018

Esta espada quebrará más mi fe no faltará



Les armes de la famille Marquis d'Albaserrada

Définitivement, le raffraîchissement en Pedrajas avec l’incorporation de deux taureaux d’Isaías y Tulio Vazquez n’a pas fonctionné.

Il est toujours douloureux de conclure négativement une aventure pourtant pleine d’espoir. Mais force est de constater que ce pari qui a duré six ans n’a pas donné le résultat espéré.
C’est un investissement en argent, temps, espoir et réputation qui part en fumée … Mais la lucidité doit s’imposer.
Ces deux sementales vont être envoyés … loin, très loin des vaches de Mirandilla.

L’aventure Pedrajas n’est pas totalement abandonnée pour autant. Je vais attendre de voir le rendu sur la deuxième génération (des fils et filles des Tulios avec des mères d’Albaserrada) et sur les descendants des Yerbabuenas.
Je vais aussi recentrer le travail de sélection et d’assemblage sur le sang d’origine (Domecq et Pedrajas) qui n’avait heureusement jamais été éliminé.

Je reprends la tâche où je l’avais laissée avant l’incorporation d’Aturdido et Aceitunito. Les bêtes élevées à Mirandilla avaient retrouvé de la mobilité et de la toréabilité mais manquaient de “pétard” et de “poder”. “Pétard” et “poder” qu’étaient censés apporter les Tulios

Je suis loin, très loin d’avoir obtenu l’animal encasté dont je rêve. Cette noblesse obtenue doit absolument s’accompagner de force et de race.

J’associe à cette analyse les membres de Torrito Afición qui depuis le début ont participé en énergie, temps et argent à cette aventure “Tulios”. Autant déçus que moi, nous devons ensemble convenir que la sélection est une science très complexe et l’assemblage un processus  trés incertain.
C’est dur à vivre mais quelque part rassurant!

“Esta espada quebrará más mi fe no faltará” (mon épee se brisera mais jamais ma foi ne s’éteindra) est la devise du titre nobiliaire de la famille García de Samaniego, Marquis d’Albaserrada

Cette devise sera plus que jamais mon fer de lance …

vendredi 17 août 2018

La reseña du Mayoral


Photos de CHRISTIAN SLOMA sur la page :



Très belle affluence (demi-arène)
Présentation exemplaire, pointes en parfait état. 2 novillos un peu plus étroits (soufferts du voyage).

3 novillos du sang Domecq/Pedrajas mobiles et nobles mais un peu fades (2º, 3º et 4º).
3 novilos du nouveau sang Tulio, arrêtés et sans race (1º, 5º bis, 6º).

1/ nº 25. BIZCOCHO.

Sortie tonitruante

Ovation à sa sortie tonitruante.
Réception cape : sort la tête haute. Rapidement  sur la defensive.
Cheval : 1 pique sans histoire. Une seconde piqûrette.
Banderilles : 2 paires sans poursuivre.
Muleta : se défend. Arrêté. Manque de race. Torero qui ne se croise jamais.

Bilan : manque de race et de fond. Mauvais novillo.

Tête haute

2/ nº 38. HACENDOSO.

Se livre

Applaudi à sa sortie.
Cape : met la tête en bas. Se livre.
Cheval : deux piques légères. Manque de puissance.
Quite de Calerito.
Banderilles : poursuit avec rythme.
Muleta : noble. Toreable. Humilie. Rythme. Ouvre la geule en milieu de faena.
Résistant à la mort.
1 oreille.
Ovation au novillo.

Bilan : bon novillo. Manque de piquant.

Rythme et humiliation

3/ nº 35. HELVÉTICO.

Tête en bas

Sortie/cape : étire le cou. Veut humilier.
Cheval : une pique en mettant les reins et poussant. Déplace le cheval.
“Vuelta de campana” à la sortie. Dommage de ne pas le voir une deuxième fois au picador.
Banderilles : met la tête en bas.
Muleta : fixe. Très noble. Ouvre la gueule en milieu de faena.
Faible. S’éteint. Novillero froid et distant.
Ovation au torero. Applaudissement au novillo.

Bilan : noblesse mais manque de transmission et de force.

Toreo distancé

4/ nº 36. INSÓLITO.

Transmission

Sortie/cape : se retourne rapidement.
Cheval : 1 pique forte + une 2º en tardant et avec tête haute. “Vuelta de campana” à la sortie.
Banderilles : mobilité.
Muleta : noble. Ouvre la gueule. Torero complétement “fuera de cacho” (ne se croise jamais)
Le novillo transmettait.
Résistant à la mort.
Ovation au torero. Novillo applaudi.

Bilan : novillo intéressant, sous-exploité.

Novillo sous-exploité

5/ nº 13. ALMEJITO.

Dommage!

Sortie : ovation au novillo.
Cape/cheval : accuse une légère faiblesse.
Mouchoir vert trop tôt!

Bilan : très dommage …

5 bis/ Nº 10. INTRUSO.

Charges élastiques

Sortie/cape : écourte la charge. Sur la défensive. Charges élastiques.
Cheval : deux piques en poussant.  Tête un peu haute. Brave.
Banderilles : tercio difficile pour la cuadrille. Se défend.
Muleta : arrêté. Donne des coups de tête. Distrait. Dangereux. Ne passe pas dans le leurre.
Novillo sifflé.

Bilan : dangereux. Manque de race, mais fond de caste.

Brave sous le fer

6/ nº 33. HABILIDOSO.

Tête en bas

Sortie/cape : fuyard. S’épuise en de  nombreuses courses. Mal la cuadrilla qui ne le soumet pas. Trop de capotazos. Cherche à mettre la tête en bas.
Cheval : 1º pique longue. Novillo qui pousse. 2º pique sort seul. 3º pique : bon galop. Allégresse. Une 4º pique forte, en carioca après le changement de tiers …
Banderilles : fixe.
Muleta : manso. Cherche le terrain du toril. Distrait. Demi “vuelta de campana”.
S’éteint et s’arrête.

Bilan : très mal lidié. Manso avec un fond de caste.

Trop piqué

 
Bilan global : 

Il a manqué de la race, de la force et de la puissance à la novillade. Mobilité un peu fade.
2 taureaux ovationnés et un troisième applaudi à la sortie. 1 novillo ovationné et deux autres applaudis à l’arrastre.
Le raffraîchissement Tulio n’a définitivement pas fonctionné (voir analyse générale sur prochain article du blog).
Il  faut attendre le résultat sur la deuxième génération des Tulios, sur les Yerbabuenas et se recentrer sur les lignées des second, troisième et quatrième qui donnent de la mobilité et de la noblesse mais à qui il manque le “pétard” nécessaire pour l’émotion …

Public éxigeant, froid et sévère. Le 5º novillo est changé sur une pétition très minoritaire …