mercredi 10 octobre 2018

Un torero irlandais à Mirandilla


Dans le cadre de l'actvité réceptive de séminaires, la finca Mirandilla a accueilli ce mois-ci un groupe de 40 professionnels irlandais du secteur de l'agro-alimentaire.

"El Irlandés" explique à ses compatriotes comment lui est venue l'idée de devenir torero

J'avais fait la connaissance du novillero David White "El Irlandés" à Cádiar (Granada) en 2015 lorsqu'il avait combattu un eral d'Albaserrada.

A ma demande, il accepta de venir raconter son histoire hors du commun à ses concitoyens totalement stupéfaits qu'un torero puisse exister dans leur Pays.

Ce fut aussi l'occasion de lui proposer de tienter une vache ce jour-là.

David White entre la ganadera et son mayoral après le tentadero

Je pensais que David vivait à Málaga et que le trajet jusqu'à Gerena n'était pas excessif. Quelle ne fut pas ma surprise d'apprendre qu'il vivait en fait à Belfast et qu'il fit le voyage aller/retour (près de 6.000 kilomètres) en 24 heures pour venir tienter ... une seule vache (qui finalement seront deux) ... 

Vous avez dit Afición?!

samedi 6 octobre 2018

La reseña du Mayoral de la novillade d'Ayllón


Que les dynastiques Rafael Camino et Manolo Vazquéz soient annoncés au cartel n'était pas forcément une bonne nouvelle. Que venaient-ils faire dans cette galère? Le premier s'effaça d'ailleurs de la course au dernier moment et le cartel se composera finalement de "PARRITA" et MANOLO VÁZQUEZ.
"Parrita" reçut une
grosse rouste
Manuel Vázquez avec
le sourire ... une fois la 

course terminée

Nº 23. Habilidoso

Le premier fils du semental Chacha de la lignée Yerbabuena lidié en public.
Très nerveux pendant toutes les manipulations : embarquement, camion, débarquement, corrals, ...
Sa sortie en piste est superbe. De petit volume mais avec du trapio. Altier, il ne baissera jamais la tête. Un calque du père (et du parrain ...) Il frappe fort sur les barrières et essaie de voir ce qui se passe dans le callejón. Ce manque d'humiliation gênera énormément le torero.
Aux banderilles il garde la tête haute et accuse une boiterie des postérieurs.
Muleta : noble. Gueule fermée jusqu'au bout. De la fixité. Il est allé "a más" et a mieux terminé. Grâce a sa caste, sa faiblesse disparut. Résistant à la mort.
Résultat encourageant.

Nº 13. Misterioso

Frappe fort aux planches. Banderilles : manque de force. Muleta : très noble. Un rythme idéal pour un torero, surtout corne droite. Fixité. Ouvre la gueule. Se plaint aux banderilles et à l'estocade. Dur à la mort. Mansito mais toréable.

Belle charge de Misterioso

Nº 10. Bravucón

Un volume de taureau (il lui manquait 10 jours pour avoir 3 ans). Sortie impressionnante. Les arènes portatives tremblent. Banderilles : écourte la charge et attend. 
Muleta : charge courte. Ne passe pas. Gueule fermée mais manque d'esprit offensif. 
Dur à la mort. Aprés le coup d'épée forte "cogida" au novillero. Manque de race.

Nº 19. Hortezuelo

Superbe sortie. Un berceau de cornes magnifiques. Lui aussi tape dur sur la barrière. Belles charges au capote, mettant la tête et sortant le cou. Aux banderilles il répète et poursuit. Cela va certainement donner une belle faena ... Las, seulement 2 minutes de faena montre en main! Avec un novillo de triomphe que le "petit prince" n'a pas voulu voir! "Una pena". Dur à la mort.

Les pointes de Hortezuelo et
la "retenue" du dynastique

Bilan

Novillade intéressante avec 3 bons animaux, et pas un seul tour d'honneur des novilleros! Manque évident d'envie, de préparation physique et de technique.

Course avec de la mobilité et de la fixité. C'eut été intéressant de voir le premier et le quatrième au cheval.

mercredi 3 octobre 2018

Ayllón, des pointes de cornes, des joutes et du vin empyreumatique


Plaza Mayor d'Ayllón
FERIA de AYLLÓN du Jeudi 27/09/2018 au dimanche 30/09/2018.

Antony CROUZET, Jeff COURBIER, Pierre PAPPALARDO, Henri CHAVERNAC

Vendredi 28 Septembre 2018, petit matin brumeux un peux « frisquet ». Nous quittons Soria, petite ville de Castille-et-León, notre ville étape. La mission est simple semble t’il : retrouver Fabrice, qui au téléphone nous a semblé inquiet sur l’intégrité des cornes de ses novillos. 

Le problème c’est le « où ». Retrouver Espirdo petit village de la province de Ségovie. Coup de chance nous croisons Fabrice sur la place Mayor a la recherche de ces novillos. Jeff langue de pelhas dit que cela devient une habitude ...

Il faut interroger les autochtones, les GPS, les cartes IGN pour enfin trouver : la modeste mais jolie finca "Los Cerros" de l’ancien matador Emilio de FRUTOS, perdue dans la nature, bien cachée à l’abri des regards, « vous avez dit bizarre ».


Los Cerros, la finca du
matador Emilio de Frutos

Fabrice est inquiet. Les portails sont verrouillés et pas sympathiques, Fabrice est pour le moins nerveux. Il s’avance seul vers des hommes qui se préparent à embarquer des toros et débute les palabres. Nous n’avons encore pas aperçu les Albaserrada, la seule bête à cornes que nous voyons est un buffle « pas tibulaire, mais presque ».
Nous restons en retrait pour ne pas gêner Fabrice qui nous semble toujours tendu. Il nous fait signe, nous approchons inquiets. A voix basse il dit « j’ai aperçu la tête du 23 qui s’envoie dans un chiquero, il semble en pointe, ils vont embarquer ".


Le 23 qui s'envoie
dans le chiquero
L'embarquement
Le camion se met en place, nous pouvons monter sur les escaliers, assister à la manœuvre, les quatre novillos sont……. en pointe. Fabrice se calme, on peut percevoir furtivement une sorte de sourire. Nous prenons la décision d’escorter le camion jusqu’aux arènes d’Ayllón.


On escorte le camion
Nous surveillons les pointes. Antho explique à Pierre que les pointes se trouvent sur les cornes, les cornes sur la tète des toros et que la pointe qui se trouve à l’arrière c’est la pointe de la queue, qu’il n’est pas nécessaire de surveiller.


Le billet


17h30 nous prenons notre presque « no hay billettes », à l’ombre à côté de la présidence : on surveille. Nous établissons un cordon de sécurité autour de notre mayoral.


Le Mayoral bien protégé
18h05 le n° 23 « fils de chacha » sort et……il est en pointe OUF !!! Nous n’aurons plus le moindre souci pour les pointes. Le Mayoral respire, il était en apnée depuis le lever du jour. La quadrille Pappalardesque est très joyeuse.


Les pointes sont là ...
Très beaux et bons novillos surtout le 1 et le 4. Novilleros un peu verts et tendres. Mais je laisse à Fabrice notre Maître les commentaires de la reseña


Le carnet du Mayoral
La soirée de l’après corrida ne sera pas évoquée car elle reste dans le domaine de l’intime. De plus comment parler d’un chemin de croix, ou les diverses stations se trouvent dans les bodegas. Quel curieux pays ? Le Mayoral se décontracte.  

Nous abordons le délicat sujet de la position des jouteurs de Sète. Pierre mime et fait un cours magistral de joutes. Le Mayoral rit. Par la suite nous sommes à la recherche d’un vin Empyreumatique aux arômes et saveurs toastées. Nous devons déguster un nombre non négligeable de bouteilles. Le Mayoral se détend et déguste. Nous, nous sommes solidaires. Au petit matin, le Mayoral disparaît, nous pensons qu’il est allé se coucher. Nous on continue. Chut !! top secret.


Pierre le jouteur de Sète
Henri Chavernac

POUR JEFF :

Empyreumatique: famille des odeurs brûlées, chauffées ou sêchées. 


La leçon sur le vin
empyreumatique ...
Les arômes empyreumatiques dans le vin sont très souvent apportés par les fûts utilisés lors de l'élevage des vins . Le tonnelier lors de la fabrication du fût déterminera le brulage du fût entre faible, moyen ou fort ce qui apportera des arômes de vanilles, réglisse, ou des arômes plus brûlés tels que la torréfaction, le tabac blond, le caramel ou le pain grillé...

mardi 2 octobre 2018

Foot et toros


C'est avec beaucoup de plaisir que j'ai reçu Faouzi Mansouri aujourd'hui à Mirandilla.


Issu du Chemin-bas d'Avignon, ce rugeux défenseur est professionnel au Nîmes-Olympique de 75 à 80.

La vignette Panini de Mansouri
au Nîmes-Olympique

Après des passages à Béziers, Mulhouse et Montpellier, il raccroche les crampons en 1986.


International algérien à 27 reprises, il participe notamment aux coupes du monde de 82 et 86 avec la plus grande équipe d'Algérie de l'histoire. On a tous en mémoire cette victoire historique face à l'Allemagne 2-1 et une élimination injuste après le match de la honte entre l'Allemagne et l'Autriche.

Debout, 3º en partant de la gauche