jeudi 21 novembre 2019

Le ressenti de Laura


Laura, de profession gendarme à Bordeaux, a participé à ses premières Journées Torrito Afición à Mirandilla. Voici son ressenti :

"Me laissant porter au cœur de l’Andalousie et de sa culture, j’ai été amenée à franchir les portes de la Finca de Mirandilla : un lieu magique.



Jamais je n’aurais imaginé y revenir avec de tels souvenirs.
Il faut dire que l’accueil y est exceptionnel et les discussions toutes aussi passionnées les unes que les autres, que l’on soit novice ou déjà averti, chaque seconde nous enrichit.

Avant d’y passer la journée je ne sais pas trop à quoi m’attendre : on me parle de ferrade, marquage, tienta. On en discute déjà entre nous « Si je peux, je teste le marquage » j’entends dire. Pour ma part je reste sur la réserve. J’y vais, j’observe et ne me prononce pas dans l’immédiat.

Puis on y est : on en prend plein les yeux, tous les sens en éveil : les odeurs, les sons, les couleurs du soleil qui se lève gentiment sur la Finca.

Les jeunes taureaux sont acheminés jusqu’au corral où la ferrade commence à se préparer. Je me promène juste au dessus d’eux et c’est la première fois que je peux observer ces nobles animaux de si près.

L’ambiance change de dynamique dès l’arrivée du vétérinaire : le marquage commence. Je ne peux pas décrire aussi fidèlement ce que j’ai ressenti et vécu à cet instant mais c’était grandiose, magique. Après quelques minutes je veux descendre et vivre cela de plus près encore. Et puis on me pose la question : « tu veux marquer ? » Oui, sans hésitation cette fois !




C’est un beau moment à partager dans cette effervescence. Je ne l’oublierai pas. J’ai conscience d’avoir vécu une matinée privilégiée et unique.

Un peu plus tard nous partons visiter une partie de cet immense campo et découvrir les taureaux de l’élevage, puis on assiste à la Tienta. On en apprend un peu plus sur les bêtes, leurs caractères, leurs qualités et la façon dont l’élevage fonctionne. 



On y sent tout le cœur que  met Fabrice, car aucun doute : il aime ses animaux.

Le lendemain jour de la Fiesta Campera, on me propose d’être assesseur, mais je me retrouve finalement à présider dans la Cerca de los Franceses. Une opportunité unique, mais à laquelle je n’ai pas été préparée. 


Pas très à l’aise face à cette responsabilité soudaine. S’agit-il d’une fête de village, ou faut-il prendre cet événement tauromachique avec tout le sérieux que la corrida impose ? 
Je me laisse guider par mes assesseurs andalous,et apprécie ce moment dont je garde un souvenir inoubliable, consciente des enjeux d’une telle journée pour l’élevage.

Ce fut deux journées formidables, autant d’un point de vue tauromachique qu’humain.

Je sais la chance que j’ai pu avoir de vivre ses instants. Alors merci Mayoral. Merci pour ce bel événement, merci pour ta disponibilité, répondant à tout moment à chaque question, qu’elles soient individuelles ou collectives, elles ont été nombreuses tant tu as su transmettre ta passion.

De beaux moments de vie, de partage, d’amitié dans un univers complexe mais envoûtant." Laura.





6 commentaires:

  1. Une nouvelle aficionada convaincue grâce au Campo et aux connaissances et la disponibilité du mayoral. Bravo y Olé.

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour, je suis président du Cercle Taurin de Libourne (et ancien policier municipal) Je souhaiterai rencontrer Laura afin de lui proposer de venir donner ses impressions au cours d'une soirée du Cercle Taurin à Libourne. Pouvez vous lui donner mes coordonnées afin qu'elle me contacte, si elle le veut bien. Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas vos coordonnées. Merci d'envoyer un mai à
      torisabel@hotmail.com

      Supprimer
  3. michelbressolles@club-internet.fr21 novembre 2019 à 10:23

    Il est des moments de grâce où l'être humain se laisse hisser au sublime. Merci Laura que je n'ai jamais rencontrée mais que je connais désormais.
    Michel

    RépondreSupprimer
  4. bravo a Laura, quelle raconte son histoire a tous les bordelais et surtout bordelaise D pujol club taurin le Poulpe Boujan sur libron merci a toi Fabrice et suerte .

    RépondreSupprimer
  5. Et voila, encore une personne qui a compris pourquoi et comment nous aimons les toros....et que sans les corridas, il n'y aurait plus de toros. CQFD

    RépondreSupprimer